phlebite.org titre

Phlébite

Une phlébite correspond à la formation d'un caillot sanguin au sein d'une veine. Bien qu'ils puissent se former au niveau de n'importe quelle veine de l'organisme, c'est au niveau des jambes qu'ils surviennent le plus fréquemment. Selon la localisation et le degré d'obturation de la veine touchée, la phlébite peut être bénigne, ou au contraire constituer une urgence médicale absolue. En cas de doute, consultez votre médecin sans attendre.

Causes

Pour bloquer une hémorragie, l'organisme produit naturellement un caillot sanguin qui va colmater la brèche ouverte au sein de la veine ou de l'artère touchée. Le sang contient donc en permanence les éléments nécessaires pour former un caillot sanguin: essentiellement des plaquettes et de la la fibrine (la substance qui agit comme une colle liant les plaquettes entre elles). Des micro-caillots se forment ainsi en permanence et sont filtrés ou dissous sans provoquer de lésions: le brassage permanent du sang et l’équilibre entre les substances facilitant la coagulation et substances bloquant la coagulation empêchent normalement que les caillots formés n'atteignent une taille dangereuse.

Tout ce qui altère la fonction de coagulation sanguine et la circulation veineuse peut augmenter le risque de phlébite:

Troubles de la circulation 

Insuffisance veineuse: les individus atteints d'insuffisance veineuse (marquée par l'apparition de varices au niveau des membres ou d'un gonflement chronique des membres) présentent un risque élevé de développer une phlébite.

Insuffisance cardiaque: la baisse du flux sanguin favorise l'apparition de stase veineuse et donc accroît le risque de phlébite.

Immobilisation prolongée: l'alitement à la suite d'une intervention de chirurgie ou d'une fracture par exemple accroît fortement le risque de phlébite.

Pose d'un cathéter: la pose d'un cathéter au niveau d'une veine à l'occasion d'une intervention chirurgicale peut endommager les valvules (les petites valves empêchant le reflux sanguin au niveau des veines) et provoquer une inflammation de la veine ce qui accroît le risque de formation d'un caillot. Plus généralement tout traumatisme au niveau veineux est un facteur de risque.

Troubles de la composition sanguine

Pathologies inflammatoires: L'inflammation joue une part importante dans le processus normal de coagulation. Lorsqu'une veine est rompue, en cas de coupure par exemple, la zone touchée va produire des substances qui favorisent la coagulation. Certaines pathologies vont entraîner la production de ces mêmes substances et accroître le risque de survenue d'une phlébite.

Thrombophilie: une anomalie de la coagulation (excès de facteurs de coagulation dans le sang) entraîne un risque accru de formation de phlébite superficielle ou profonde.

A noter que le risque de phlébite s'accroît avec l'âge: Le risque, très faible avant 30 ans, s’accroît jusqu'à devenir élevé après 70 ans. Les individus ayant déjà connu un épisode de phlébite sont à risque de récidive. Une personne ayant connu un épisode de phlébite aura 3 fois plus de risques de connaître un épisode de phlébite.

Classification

On distingue deux types de phlébite, selon la nature de la veine touchée:

Phlébite superficielle : dans le cas d'une phlébite superficielle, le caillot se forme au niveau des petites veines superficielles de la peau, le plus souvent au niveau d'une varice. En raison de sa petite taille, le caillot ne représente pas de risque important pour la santé. Les phlébites superficielles sont donc considérées comme des événements mineurs, bénins et peuvent être soignées simplement à domicile.

Phlébite profonde: dans le cas d'une phlébite profonde, ce sont des veines de taille importante qui sont le siège du caillot sanguin. Le flux sanguin est plus important qu'au niveau des veines superficielles ce qui exerce une pression plus forte sur le caillot accroît le risque de le voir se détacher. S'il se détache et bascule dans la circulation générale, le caillot peut rejoindre le cœur puis bloquer l'une des artères majeures de l'organisme (le caillot peut notamment bloquer l'artère pulmonaire et provoquer une embolie pulmonaire). Le risque d'embolie est la principale et la plus sérieuse complication possible de la phlébite profonde.
Les phlébites profondes constituent une urgence médicale et justifient une prise en charge immédiate à l'hôpital en service d'urgente.

Symptômes

Les symptômes diffèrent selon qu'il s'agisse d'une phlébite superficielle ou d'une phlébite profonde.

Les phlébite superficielle présentent généralement des signes visibles : la veine obturée va apparaître gonflée et dure sous la peau. La zone de la veine touchée est inflammée et douloureuse à la pression. On observe dans certains cas la formation d'un œdème.

La phlébite profonde présente des symptômes moins marqués et plus difficiles à reconnaître pour le patient. Dans 50% des cas la phlébite demeure quasiment asymptomatique. Lorsqu'ils surviennent, les signes principaux d'une phlébite profonde sont une douleur profonde au niveau de la cuisse ou d'un mollet, un engourdissement de la jambe, une impression de chaleur ou d'échauffement au niveau du membre atteint. Le relèvement de la pointe du pied peut réveiller la douleur ( voir signe de Homans )

Diagnostic

Le mode de diagnostic va différer selon que l'on suspecte une phlébite superficielle ou une phlébite profonde.

Dans le cas d'une phlébite superficielle, un examen clinique (examen visuel, palpation de la zone touchée) suffit pour poser un diagnostic fiable. Néanmoins, la présence d'une phlébite superficielle étant un facteur de risque important de phlébite profonde (les personnes déclenchant une phlébite superficielle sont plus à risque de connaître un épisode de phlébite profonde), le praticien va généralement pratiquer des examens d'imagerie médicale afin de dépister la présence d'un éventuel caillot sanguin au niveau des veines profondes.

L'examen clinique est en effet insuffisant pour repérer la présence éventuelle d'un caillot au niveau d'une veine profonde. L'échographie Doppler permet de détecter une anomalie du débit sanguin et constitue aujourd'hui la technique standard de diagnostic.

Une analyse sanguine visant à doser des D-dimères( il s'agit d'une substance issu de la dégradation de la fibrine, l'un des constituants majeurs des caillots sanguins) pourra être pratiquée. Un taux faible de D-dimère permet d'évacuer avec une quasi certitude la possibilité d'un caillot sanguin. >>> Lire la suite: phlébite: traitement

 

rectangle gris Les informations contenues sur ce site sont données à titre purement informatif et ne peuvent remplacer une consultation médicale.
rectangle gris Conditions d'utilisation Contact © Medsource.fr